Samedi 12 juin 2021

Ce Dieu qui m’a libéré (Actes 8,26-40)


Lire le texte

Contrairement au passage d’hier, le récit de ce jour nous présente une conversion très sobre, très réformée, pourrions-nous dire! Un homme lit un passage du prophète Esaïe. Face à sa difficulté à comprendre, Philippe lui annonce la bonne nouvelle de Jésus-Christ. L’homme est touché. Il demande à se faire baptiser. Le texte ne nous dit presque rien de ce baptême (sauf quelques témoins tardifs, v. 38). Cette rencontre est évidemment une mise en scène parfaitement orchestrée. Elle symbolise notre rencontre possible avec le Christ. Mais malgré le côté fictif du passage, je crois que l’essentiel est à découvrir entre les lignes. L’homme dont il est question est un eunuque (six mentions dans le texte), une personne choisie dès son plus jeune âge pour cette fonction. Mutilé dans sa chair contre sa volonté, il est souvent l’objet de moqueries et d’exclusion. Dans le livre d’Esaïe, il lit le chant du serviteur souffrant: «Tout le monde le méprisait. C’était un homme qui souffrait, habitué à la douleur…» (Es 53,3ss.). C’est son histoire qu’il lit! Et voilà que derrière ce serviteur souffrant, Philippe lui fait découvrir Jésus-Christ, humilié et rejeté par les siens, mais totalement aimé et accueilli par Dieu. Pour l’eunuque, c’est la grâce qui débarque dans sa vie! Il se découvre infiniment aimé alors qu’à ses yeux, il se jugeait inaimable. Son baptême? C’est le rappel de ce «OUI» radical que Dieu pose sur chacune de nos vies, quelle que soit notre histoire.

Daniel Nagy

Prière: Dieu de liberté, garde ma vie dans cette liberté à laquelle tu m’as appelé.  

Référence biblique : Actes des Apôtres 8, 26 - 40

Commentaire du 13.06.2021
Commentaire du 11.06.2021